Comment lutter contre le sel caché?

© istock

Vous essayez de réduire votre consommation de sel ? Super ! Mais saviez-vous que 75 % du sel se trouve dans votre nourriture avant même que vous ne saisissiez la salière ? Une quantité de sel invisible ou caché se trouve dans la plupart des aliments – oui, même dans les produits sucrés – et elle est souvent très élevée. Résultat ? Cela peut mettre votre santé en danger. Voici tout ce que vous devriez savoir au sujet du « sel caché » dans votre alimentation.

6 grammes par jour maximum

Nos besoins physiologiques en sel sont faibles. Nous n’avons besoin que de 3 grammes par jour environ. Le sel est cependant devenu l’exhausteur de goût le plus populaire en Occident, à tel point qu’un repas sans sel est généralement considéré comme fade.

L’Organisation mondiale de la Santé recommande de ne pas consommer plus de 6 grammes de sel par jour. Pourtant, les Belges en consomment près de 10 grammes par jour en moyenne. Il y a par conséquent beaucoup de place à l’amélioration ! Mais comment démasquer le sel caché dans nos aliments ? Voici quelques pistes.

Ces produits contiennent du sel caché

Il est difficile de connaître la quantité réelle de sel que vous consommez chaque jour. En effet, le sel caché – c’est-à-dire le sel que l’industrie alimentaire ajoute aux aliments – n’est pas facile à mesurer. En principe, tous les produits – et pas seulement les aliments les plus évidents comme les chips et les olives – contiennent du sel. Par exemple, le sel se dissimule également dans les aliments suivants :

  • Le pain : deux tranches de pain (environ 80 grammes) contiennent 1 grammes de sel soit déjà 1/6 de l’apport quotidien maximum.
  • La charcuterie : le salami, les pâtés et le jambon regorgent de sel. Pour 100 grammes de saucisses, il y a environ 3 grammes de sel. Pensez-y avant de les sortir pour l’apéritif.
  • Le fromage : certains fromages, comme le roquefort et la feta, sont très salés. Il y a en moyenne 2 grammes de sel par 100 grammes. En revanche, la ricotta, la mozzarella, le gruyère et le comté sont pauvres en sel. Cela guidera peut-être votre choix lorsque vous composerez votre sandwich ?
  • Les plats cuisinés : les plats préparés du supermarché sont de véritables bombes de sel. Privilégiez donc autant que possible les produits frais et non transformés.
  • L’eau : beaucoup de personnes l’ignorent, mais l’eau en bouteille contient aussi du sel. L’eau minérale convenant à l’alimentation des nourrissons, en revanche, est pauvre en sel.

Le substitut parfait au sel de table

Bien sûr, certains plats nécessitent parfois une pincée de sel supplémentaire. Si c’est le cas, nous vous recommandons d’utiliser plutôt un sel aux herbes aromatiques comme Herbamare. Grâce à sa saveur plus riche, vous n’avez pas besoin de saler autant. Vous réduisez votre consommation de sel, sans faire de compromis sur le goût. Vous gagnez donc sur tous les plans.