Les allergies alimentaires chez les bébés

Votre enfant commence à manger des aliments solides ? C’est une nouvelle période, excitante, qui commence. Surtout si vous remarquez soudainement que certains nutriments provoquent une réaction allergique chez votre fils ou votre fille. Entre 6 et 8 % des enfants souffrent d’une allergie alimentaire. Dans cet article, nous avons résumé tout ce que vous devez savoir sur les allergies alimentaires chez les bébés.

Entre 4 et 6 mois, votre enfant est en âge d’essayer les aliments solides. C’est à cette période qu’il doit expérimenter ses premières purées de fruits et légumes, même s’il présente un risque accru d’allergies (par exemple en raison de son hérédité). Consultez toujours votre médecin à ce sujet.

Laissez à votre enfant le temps de s’habituer à sa nouvelle nourriture : faites-lui goûter un ingrédient tous les trois jours, 1 à 2 cuillères à la fois. N’arrêtez cependant pas le biberon pour autant, car c’est encore sa source d’alimentation principale. D’ailleurs, si vous allaitez, il est préférable d’attendre l’âge de 6 mois avant de commencer l’alimentation solide. Cela protège votre bébé (entre autres) des allergies, notamment l’eczéma et l’asthme.

Une réaction allergique ne se produit jamais lors d’un premier contact avec un allergène. En effet, ce n’est qu’après un second contact que l’organisme de votre enfant a produit des anticorps contre cet allergène. Voilà pourquoi il est primordial de donner le nouvel aliment à votre enfant pendant au moins trois jours consécutifs. En l’absence de réaction après trois jours, le régime peut être étendu à d’autres aliments.

Si des réactions allergiques surviennent, attendez que tous les symptômes aient disparu et réessayez l’aliment un mois plus tard. Si les symptômes persistent, une visite chez le médecin peut apporter une réponse définitive.

Quelles sont les allergies ?

Allergie aux protéines de lait de vache

En cas d’allergie aux protéines de lait de vache, le système immunitaire fonctionne plus qu’il ne le devrait. Ce faisant, il protège l’organisme contre les intrus tels que les bactéries et les virus, mais il réagit aussi aux protéines du lait de vache. Le corps produit alors des anticorps contre ces protéines, ce qui provoque des réactions allergiques. Comme un bébé ne boit presque que du lait pendant ses premiers mois, c’est une des allergies les plus courantes. Souvent, les bébés s’adaptent à cette allergie après leur deuxième année.

Quels sont les symptômes ?

Plusieurs symptômes peuvent indiquer une allergie aux protéines de lait de vache, mais un examen chez un médecin généraliste ou un centre médical est toujours nécessaire pour en être certain. D’autres causes (pas directement liées à une allergie) peuvent expliquer ces symptômes. Des tests approfondis et des examens corporels sont donc nécessaires. Les symptômes suivants peuvent indiquer une allergie aux protéines du lait de vache chez votre bébé :

1.      Affections cutanées telles que boutons, eczéma et éruptions cutanées    

2.      Le bébé s’agite au biberon

3.      Problèmes gastriques ou intestinaux

4.      Sommeil agité et de mauvaise qualité

5.      Fatigue

6.      Problèmes respiratoires : essoufflement, toux, oppression thoracique, respiration sifflante

7.      Affectations nasales : congestion, écoulement nasal, éternuements.

8.      Yeux rouges ou démangeaisons

9.      Retard de croissance

10.   Pleurs inconsolables

Quelles sont les causes ?

Les causes de l’allergie aux protéines du lait de vache peuvent varier considérablement d’un enfant à l’autre. Pour cette raison, cette allergie peut également se manifester chez tous les bébés. Cependant, l’hérédité joue un rôle dans le développement d’une allergie. Si l’un des parents, frères ou sœurs souffre d’eczéma, de rhume des foins ou d’allergie, votre enfant a un risque accru de développer une allergie aux protéines de lait de vache. Bien sûr, votre bébé peut également développer une allergie qui n’est pas présente dans la famille. Heureusement, l’allergie aux protéines du lait de vache ne se produit que chez 2 à 5 % des enfants.

Quels sont les traitements possibles ?

Si votre enfant souffre d’une allergie aux protéines du lait de vache, le traitement et tout changement d’alimentation doivent être supervisés par un médecin et une diététicienne.

La maladie cœliaque ou intolérance au gluten

La maladie cœliaque n’est pas vraiment une allergie, mais plutôt une intolérance. Si votre corps ne tolère pas le gluten, la fine membrane de la muqueuse intestinale sera endommagée. Par conséquent, vous n’absorbez pas les nutriments correctement, ce qui entraîne diarrhée, constipation, retard de croissance et/ou fatigue. Pour être tout à fait sûr qu’une personne est atteinte de la maladie cœliaque, une biopsie de l’intestin grêle est nécessaire. Ensuite, un petit morceau de muqueuse intestinale est prélevé et examiné au microscope. Si la biopsie intestinale prouve que votre enfant est atteint de la maladie cœliaque, l’INAMI vous remboursera le régime sans gluten.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes possibles d’une intolérance au gluten sont variés : douleurs abdominales, gonflement de l’abdomen, diarrhée, pouvant être combinés à des symptômes plus généraux tels que maigreur, maux de tête, douleurs musculaires, fatigue, perte de poids et anémie. Cependant, seule une biopsie de l’intestin grêle peut apporter une réponse officielle. De plus, une inflammation cutanée à caractère herpétique peut également survenir. Celle-ci est également causée par une hypersensibilité au gluten, avec des symptômes tels que brûlures, sensations de picotements aux coudes, genoux, cuir chevelu, fesses et dos, sous forme de petites boursouflures rouges et irritantes. Pour être certain du diagnostic, vous devez faire une biopsie cutanée et une prise de sang.

Quelles sont les causes ?

L’hérédité peut également jouer un rôle dans la maladie cœliaque, mais les enfants de parents atteints de la maladie cœliaque ne sont pas toujours allergiques et vice versa. Les frères et sœurs d’une personne intolérante au gluten ont également 5 à 10 % de chance en plus de développer cette affection. Enfin, les femmes sont presque deux fois plus susceptibles de développer la maladie cœliaque que les hommes.

Quels sont les traitements possibles ?

Tout comme pour l’allergie aux protéines de lait de vache, l’intolérance au gluten nécessite le diagnostic d’un médecin. Ne supprimez jamais un aliment particulier de l’alimentation de votre enfant sans consulter.

Quels nutriments peuvent causer des allergies ?

Les aliments auxquels vous pouvez être allergique ou intolérant sont nombreux. Les allergies les plus courantes sont liées aux aliments suivants :

1.      Lait de vache

2.      Gluten

3.      Oeufs de poule

4.      Soja

5.      Arachide

6.      Noix

7.      Pépins

8.      Graines

9.      Blé

10.   Poisson

11.   Crustacés et mollusques

Surveillez la façon dont votre enfant réagit à ces aliments. Les allergies alimentaires chez les tout-petits doivent être surveillées de près, mais ne peuvent malheureusement pas être complètement évitées.