L’impact des métaux lourds sur notre santé

Chaque jour, nous sommes exposés à des métaux lourds toxiques qui présentent un risque pour la santé, de manière invisible. Pensez aux gaz polluants des voitures, aux sites d’enfouissement, aux activités métallurgiques, aux déodorants, aux amalgames dentaires, aux centrales électriques, etc. Tous ces exemples mettent en jeu des métaux lourds que l’on peut qualifier de néfastes pour la santé. Nous sommes principalement exposés à ces substances via l’environnement et la nourriture, mais aussi via des médicaments ou par accident.

Les métaux lourds : de quoi s’agit-il ?

Les métaux lourds sont des métaux nocifs pour la santé, caractérisés par une masse volumique élevée. Le cadmium, le mercure et le plomb sont des exemples de métaux lourds. Ces derniers sont naturellement présents dans l’environnement et peuvent contaminer les aliments puis pénétrer dans le corps. Outre ces processus naturels, les métaux lourds peuvent également être rejetés dans l’environnement par les activités humaines telles que la combustion des déchets ménagers. Les enfants sont très sensibles à cette pollution, car ils l’assimilent 4 à 5 fois plus. Les feux de forêt ou les éruptions volcaniques, par exemple, rejettent chaque année environ 25 000 tonnes de cadmium.

Le mercure est également créé par l’homme et est présent dans les cosmétiques, l’encre pour imprimantes, le plastique…. Vous avez déjà eu une carie? Saviez-vous que les amalgames dentaires sont nocifs et qu’ils contiennent une grande quantité de mercure ? Jusqu’à 50% ! Ce mercure peut donc être facilement avalé ou inhalé, que ce soit par le patient ou par le dentiste.

Le plomb, métal lourd, est présent dans les gaz d’échappement de voitures. Certains travaux de rénovation, comme le décapage de vieilles peintures, peuvent également entraîner la libération de particules de plomb. Il existe encore des villes en Belgique et en Europe où les canalisations d’eau sont en plomb.

La situation en Belgique

Certaines régions de Wallonie libèrent des métaux lourds, en grande partie dans les terres agricoles. En 2016, la société environnementale flamande a annoncé que la Flandre n’avait pas atteint la plupart des objectifs européens en matière de pollution. Ainsi, les concentrations en métaux lourds restent trop élevées aux environs de certains sites métallurgiques.

Heureusement, notre corps dispose de plusieurs mécanismes de défense, tels que le sélénium, un oligo-élément qui neutralise les effets nocifs des métaux lourds dans le corps. MAIS …

Le sélénium : un rôle clé dans l’impact des métaux lourds sur notre santé

SeleniumLe sélénium est un oligo-élément présent dans toutes les cellules vivantes. Cependant, la plupart d’entre nous présentent une carence en sélénium. Ce minéral joue un rôle essentiel dans diverses fonctions métaboliques et assure la détoxication des métaux lourds. Selon l’EFSA (l’Autorité européenne de sécurité des aliments), le sélénium contribue à la protection des cellules contre le stress oxydatif, assure le fonctionnement normal de la thyroïde et du système immunitaire et contribue à l’entretien normal des cheveux et des ongles. L’apport en sélénium se fait essentiellement via l’alimentation : on le trouve principalement dans les abats, la volaille, la viande, le jaune d’œuf, le lait, les poissons et les crustacés. Pourtant, même en augmentant notre consommation des aliments précités, le Belge moyen aura toujours une carence en sélénium.

Au cours des dernières décennies, la quantité de sélénium présent dans notre alimentation a fortement diminué en raison de l’industrialisation de l’agriculture, des évolutions des comportements alimentaires et de la présence des métaux lourds dans l’environnement. Pensez à la pollution de l’air et aux engrais chimiques fréquemment utilisés par les agriculteurs. L’apport en sélénium diffère également beaucoup par région, pays et continent. Le taux de sélénium des terres agricoles d’Europe du Nord, en particulier de Scandinavie, est significativement plus faible que dans le reste du monde. En Belgique, ce minéral essentiel est peu présent dans l’alimentation, car les sols belges sont pauvres en sélénium.

Pour finir, le problème ne fait que s’accroitre avec le changement de nos habitudes alimentaires : régimes déséquilibrés (ex : régime minceur, alimentation sportive…) ou régime végétalien ou végétarien. En Belgique, l’alimentation ne contient en moyenne que 45 microgrammes de sélénium[1], alors que l’apport quotidien recommandé se situe entre 70 et 110 microgrammes par jour, selon les sources.

Groupes à risque

Vous êtes végétarien ? Les végétariens dépassent plus souvent (de 2,5 à 10 fois) les valeurs recommandées en métaux lourds. En outre, les végétariens consomment moins d’aliments riches en sélénium.

Vous fumez ? Vous êtes alors systématiquement exposé au cadmium, un métal lourd présent dans la fumée de cigarette.

Vous êtes enceinte ? Vous avez alors besoin de plus de sélénium, car vous devez également assurer le métabolisme du fœtus.

Vous vivez en ville ? Vous êtes alors exposé aux métaux lourds. Les plus grandes concentrations de métaux lourds se trouvent aux alentours des villes de Gand, d’Anvers (le port) et dans le nord du Limbourg.

Vous êtes un sportif endurci ? De nombreux athlètes ne reçoivent même pas les apports minimaux en sélénium, et encore moins les valeurs optimales nécessaires pour protéger leurs cellules contre les dommages causés par la production des radicaux libres liée à leur activité sportive, leur consommation d’énergie et d’oxygène.

Et maintenant … Les dommages pour notre santé

« L’exposition aux métaux toxiques ou aux produits chimiques peut provoquer une déficience de la régulation immunitaire et potentiellement l’apparition de maladies chroniques, de cancers ou de maladies auto-immunes », dixit le Dr Verheyen, spécialiste de la détoxication des métaux lourds. « Les produits de détoxication jouent un rôle dans l’excrétion de certains oligo-éléments essentiels. Une bonne alimentation est capitale pour optimiser la détoxication des métaux lourds ».

Comment pouvons-nous protéger notre corps de l’impact des métaux lourds?

Une carence en sélénium peut être complétée par une alimentation équilibrée ou par une supplémentation en sélénium. Essayez en permanence de conserver une alimentation saine et variée.

En Belgique, les aliments d’origine animale et végétale contenant trop peu de sélénium, les experts santé recommandent de plus en plus de prendre des compléments de sélénium pour une meilleure santé globale. Des suppléments, certes, mais pas n’importe lesquels. Saviez-vous qu’il existe des suppléments organiques et inorganiques ? Le sélénite inorganique ou sélénate n’est que très peu absorbé par le corps, à la différence du sélénium lié organiquement, comme la levure de sélénium. Et pour être sûr d’assimiler du sélénium facile à absorber, il est préférable d’opter pour un composé de sélénium organique standardisé, comme SelenoPrecise. Cette forme possède une biodisponibilité bien documentée de près de 90%.

SelenoPrecise est la source de sélénium dans le produit Selenium+Zinc, disponible dans votre pharmacie dans une boîte promotionnelle de 90 comprimés et 30 gratuites.

Selenium

[1] Septembre 2016, Conseil supérieur d’Hygiène