Paroles d’expert : quand les suppléments de vitamines pour enfants sont-ils utiles ?

vitamines-enfants

Ça y est ! L’hiver bat son plein et l’épidémie de grippe annuelle fait lentement son apparition. De plus, nos enfants tombent malades plus rapidement. Pour augmenter sa résistance, il est important que votre chérubin absorbe suffisamment de vitamines, de minéraux et d’oligo-éléments. Mais comment pouvez-vous vous en assurer ? Les compléments vitaminiques sont-ils vraiment nécessaires ? Tania Claeys, pédiatre et gastro-entérologue à l’hôpital Saint-Jean de Bruges, donne ses explications dans cet article.

Les vitamines et les minéraux, tels que le calcium et le magnésium, mais aussi les oligo-éléments comme le fer, l’iode et le zinc sont extrêmement importants pour la croissance, la résistance et les cellules sanguines, notamment. Toutes les vitamines sont essentielles et très importantes. Pensez, par exemple, à la vitamine D pour les os et la vitamine B6, qui contribue notamment à la bonne santé du système nerveux.

Les enfants doivent absorber suffisamment de vitamines, minéraux et oligo-éléments et cela se fait principalement par l’alimentation. Si vous fournissez à votre enfant une alimentation saine et variée, il ne devrait pas souffrir de carence. Lorsque vous composez votre menu, pensez au triangle alimentaire inversé : faites en sorte que votre enfant boive beaucoup d’eau, qu’il consomme des aliments d’origine végétale (fruits et légumes, noix et céréales) et qu’il complète le tout avec du lait et autres produits laitiers. Manger de la viande de temps en temps, c’est bien, mais essayez d’en limiter la quantité et de varier en proposant aussi du poisson, des œufs ou des substituts de viande. Cuisinez autant que possible avec des produits non transformés.

Si vous offrez à vos enfants un menu sain et varié, il ne souffrira pas de carence. Et même si votre petit mange de manière sélective, ne vous inquiétez pas tout de suite. En cas de doute, contactez votre pédiatre qui pourra, s’il le faut, réaliser une prise de sang afin de détecter d’éventuelles carences. 

Les compléments alimentaires s’avèrent indispensables dans 3 cas :

  • Les nourrissons jusqu’à 3 mois qui sont uniquement nourris au sein doivent prendre un supplément de vitamine K. En général, votre pédiatre s’en occupera. Comment votre bébé recevra-t-il de la vitamine K ? Soit une piqûre lui sera prodiguée à la naissance (il sera alors protégé pendant 3 mois), soit vous lui administrerez oralement, chaque jour ou une fois par semaine.
  • Le principal apport en vitamine D est le soleil. Beaucoup d’adultes souffrent d’un déficit en vitamine D parce que nous ne vivons pas dans un climat très ensoleillé. Pour les enfants de moins de 6 ans, la vitamine D est absolument nécessaire, car ils n’ont pas encore constitué de réserve. C’est pourquoi il est recommandé de donner à tous les enfants, jusqu’à cet âge, un supplément de vitamine D de 400 unités internationales (UI). Pour les enfants à la peau foncée, ce taux est de 600 UI.
  • Si votre enfant a un régime végétarien ou végétalien, il est important de faire vérifier ses valeurs sanguines régulièrement. Un complément de vitamine B12 est souvent nécessaire. Il est alors conseillé d’acheter des produits alimentaires enrichis de vitamines et minéraux spécifiques, puisque certaines carences, comme celles en calcium et en fer, sont plus courantes.  

En cas de carence, il est nécessaire de prendre le bon complément vitaminique, celui qui comblera le manque de vitamines ou minéraux en question. Les comprimés multivitaminés sont une solution dans les cas exceptionnels, par exemple pour un enfant particulièrement difficile, dont l’alimentation n’est que peu variée. Consultez toujours votre médecin avant de commencer un traitement.

Tania Claeys est pédiatre et gastro-entérologue et travaille au département de pédiatrie de l’hôpital Saint-Jean, à Bruges.